DREAM ON

Fondation Louis Vuitton
Comment accompagner une marque qui n’a encore pas vu le jour ?

 

La Fondation Louis Vuitton est un projet d’une envergure qui justifie un travail de communication avant la pose de la première pierre. Dès 2010, l’agence a été sollicitée pour établir des bibles qui édictaient les orientations fondamentales de la FLV, et desquelles naîtront tous les outils de communication futurs. Des éditions limitées de documents à un écosystème digital développé au gré de l’avancement du chantier, nous avons produit du contenu qui racontait la Fondation Louis Vuitton avant qu’elle ne sorte de terre.

A l’ouverture au public, notre travail a consisté ensuite à servir la médiation culturelle, à travers la conception d’outils destinés à l’accueil et la fidélisation des visiteurs. Ce travail était précédé d’une réflexion stratégique visant à caractériser les cibles d’un membership très sophistiqué, mais offrant l’expérience la plus fluide et la plus gratifiante aux futurs adhérents. Le sentiment d’exclusivité des membres a été poussé jusqu’à créer des cartes d’abonnement, non seulement uniques par leur contenu électronique, mais portant toutes un graphisme personnalisé.

Ces cartes de membres sont le relais de l’esprit de la fondation culturelle que l’adhérent emporte avec lui, et nous nous devions d’en faire des objets haute couture, tant elles synthétisent la richesse du dispositif qu’elles rendent possible. Les programmes de fidélisation d’une telle institution sont des chantiers permanents, qui offrent des défis passionnants, tant sur le plan technologique que stratégique.


 


Genèse, les fondations de la Fondation.



Publications bimestrielles / sérigraphies.


Au fil de la saison, des affiches pour raconter l’architecture, les œuvres, la médiation culturelle… Chaque découpe est unique et vient « s’emboîter » avec la précédente.



Webzine.


Un ensemble de maps interactives présentant un dossier thématique bimestriel.



Programmes d’adhésion.


Collector, Family Pass, Y-Pass, la fabrication des trois types de cartes a représenté un défi technique.



“La réflexion précède les images et non pas l’inverse.
Le paradoxe de notre métier qui consacre les images, c’est qu’une large partie du travail reste invisible, alors que rien n’est possible sans qu’elle soit menée avec clairvoyance et audace”.


Communication digitale et CRM pour le grand public et les adhérents.



+ de savoir-faire en fabrication :

Opéra de Paris

Opéra de Paris

Piper-Heidsieck

Piper-Heidsieck

Remy Cointreau

Remy Cointreau




Projet suivant —

Rémy Cointreau : Comment repositionner une marque qui reste fidèle à ses racines ?