DREAM ON

Patrick Roger
Comment faire d’un homme une marque ?

 

Nous avons réussi à emmener Patrick Roger dans l’univers du luxe, en soulignant chaque fois l’excellence et la créativité de son geste : le geste du chocolatier et le geste de l’artiste.
Car Patrick Roger est à la fois chocolatier et sculpteur.
Nous avons façonné une marque qui puisse à la fois exprimer le caractère de l’homme, le savoir-faire du meilleur ouvrier de France, et la créativité débridée de l’artiste. Nous avons réussi une alchimie complexe et obtenu une marque inattendue dans l’univers des chocolatiers. La valeur de la marque réside dans cette dualité : l’art et la matière.

 


Le déploiement du territoire visuel.


Au-delà des supports de communication classiques, l’agence accompagne Patrick Roger sur le déploiement de la marque sur un champ très large et dans des contextes en lien avec ses engagements dans le sport automobile notamment.




Le packaging.


À ce niveau d’excellence, la boîte est aussi soignée que le chocolat. Le packaging, c’est l’identité visuelle qui passe de mains en mains, c’est la marque qui continue d’exister à la sortie de la boutique.



Le storytelling


Valoriser la marque en la cachant sous le produit, c’est ce que nous avons fait avec cette tablette de chocolat, en glissant des grammes de storytelling sous les calories.



Un partenariat avec les architectes.


Garants de la marque, nous accompagnons les différents architectes (XTU, SCAU et récemment LGA) qui interviennent sur les boutiques, afin que les codes de l’identité visuelle soient toujours le mieux servis.


La communication.


L’agence a réalisé une annonce presse pour soutenir l’ouverture de la boutique Place des Sablons à Bruxelles.

Nous avons réalisé deux beaux livres sur les deux facettes
de l’artiste, chocolatier meilleur ouvrier de France d’un côté, sculpteur de l’autre.


Patrick Roger. La douceur a quelque chose de sauvage.

« Du chocolat qui s’impose, mais aussi qui s’expose. »

+ de food :

Dream On régale ceux qui régalent. Comme nous aimons les belles choses, autant qu’elles soient belles à regarder avant d’être avalées.

Grande Epicerie

Grande Epicerie

Edouard Loubet

Edouard Loubet

Lanson

Lanson

Rémy Cointreau

Rémy Cointreau

Projet suivant —

Fondation Louis Vuitton : Comment accompagner une marque qui n’a encore pas vu le jour ?